RENCONTRE AVEC MARCELINE LORIDAN-IVENS

Pour l’émission Chaos sur Radio Néo, je suis allée rendre visite à Marceline Loridan-Ivens dans son appartement de Saint Germain des Prés, à l’occasion de la publication de son dernier ouvrage L’amour après, paru en janvier aux éditions Grasset.

Pour ce livre, elle a repris son dialogue avec la journaliste Judith Perrignon, avec qui elle avait écrit son précédent ouvrage, Et tu n’es pas revenu, dans lequel Marceline se souvenait de ses années de déportation en 1944, à l’âge de 15 ans, dont elle est revenue seule, sans son père.

Dans L’amour après, la suite en quelque sorte, elle raconte la liberté retrouvée et  fait le bilan des 90 ans de vie à la loupe de ses histoires d’amour.

Comme l’écrit si bien Maité Bouyssy dans sa chronique parue sur le site « En attendant Nadeau » :

Ce livre n’est pas un livre dicté, c’est une pensée qui surgit, non pas d’une vieille dame aux souvenirs chancelants, mais d’une parole écoutée plus que suscitée, et elle ne cesse d’ailleurs de remercier Judith Perrignon de n’utiliser que ses propres mots. Je dirai plus : c’est son ton qui s’y entend, un tempo.

Pour ne pas réitérer la forme classique de l’interview, qu’elle a beaucoup pratiquée depuis la sortie de ce livre, j’ai eu envie de lui soumettre quelques mots qui pourraient être les mots clefs de son existence. Le tout premier, qui pourrait la résumer : liberté.

Elle a accepté la proposition. Ecoutez l’émission :

Laisser un commentaire